Novosti

Croatie : la révolte du désespoir des chantiers navals de Split

| |

C’est une véritable guerre qui oppose le repreneur des chantiers navals de Split, Tomislav Debeljak, aux syndicats. Le président de la République a reçu le 5 octobre les représentants syndicaux et patronaux. Un accord a été trouvé : reprise du travail, ouverture des négociations pour une nouvelle convention collective, paiement régulier des salaires. Toutefois, les carnets de commande sont vides, et l’on se demande bien comment Tomislav Debeljak pourra tenir ses promesses.

Par Goran Plavšić Chaque jour, les manifestants sont moins nombreux devant l’entrée des chantiers navals. L’incontrôlable Tomislav Debeljak, propriétaire de Brodosplit, a disparu des médias, et les inspecteurs du travail, appelés par les syndicats, vérifient le bien-fondé de la suspension de quelque 200 ouvriers rebelles. Toutefois, il n’y aura pas de happy end puisque après la grève, les travailleurs doivent retourner au travail, et qu’il n’y en a pas. La révolte a commencé mercredi 16 octobre. Selon le propriétaire des chantiers, Tomislav Debeljak, elle aurait été ourdie par des « voyous » dirigés par Zvonko Šegvić, le dirigeant du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous