Novosti

Croatie : la liberté de la presse sacrifiée sur l’autel de la transition

| |

Journalistes précarisés, rédactions fragilisées, privatisations forcées, disparition programmée du service public d’information : rien ne va plus sur la scène médiatique croate. La faillite du quotidien de référence Vjesnik illustre la profondeur de la crise. L’intégration européenne ne changera rien, car l’UE n’a pas de politique cohérente en la matière. L’analyse de Sandra Bašić Hrvatin, spécialiste des médias.

Propos recueillis par Rade Dragojević Novosti (N.) : Le gouvernement croate a décidé de suspendre la publication du quotidien Vjesnik. Après un dernier appel désespéré des syndicats, le ministre des finances Slavko Linić a cyniquement proposé aux employés de racheter le journal pour une kuna symbolique. Devait-on sauver Vjesnik, qui n’existe plus que sous la forme du site Vjesnik.hr ? Sandra Bašić Hrvatin (S.B.H.) : Le sort de Vjesnik est un exemple typique de la situation des médias dans un pays en transition depuis vingt ans. Il s’agit d’une privatisation dirigée par les partis politiques. D’un côté, il y a une relation incestueuse entre les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous