IWPR

Croatie : l’extrême droite multiplie les provocations

| |

La Croatie contemporaine essaie de prendre ses distances avec son passé oustachi, mais ses efforts pour intégrer l’UE semblent provoquer un regain d’activités des éléments d’extrême droite au pays. Une série d’incidents viennent de défrayer la chronique : la statue de Jospi Broz Tito a été détruite dans sa ville natale de Kumorovec, et les initiatives en faveur des inculpés de La Haye se multiplient.

Par Drago Hedl Le 9 janvier, un groupe non identifié a érigé un mémorial à Jure Francetic et Mile Budak - célèbres pour leur implication dans le mouvement fasciste autochtone croate qui avait pris le pouvoir sous l’occupation nazie en 1941 et qui fut responsable de la mort de dizaines de milliers de Serbes, de Juifs et de Roms - dans le village de Solin, en périphérie de Split. Deux jours plus tôt, une grande affiche en faveur d’un individu suspecté de crimes de guerre, Ante Gotovina, était apparue à Kastel Stari, tout juste à l’extérieur du port dalmate. Cette action avait été précédée par la destruction d’une statue du dirigeant communiste de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous