Le Courrier des Balkans

Croatie : l’abus de référendum nuit gravement à la démocratie

| |

Après la douche froide du référendum contre le mariage pour tous en décembre, le gouvernement de Zagreb pointe du doigt les lacunes de la loi sur le référendum et s’interroge sur sa valeur démocratique. Peđa Grbin, président de la Commission des affaires constitutionnelles, a annoncé une série de propositions pour réformer cette loi aujourd’hui confrontée à ses propres limites. Interview.

Propos recueillis par Laetitia Moréni. Le Courrier des Balkans (CdB) : Pourquoi modifier la loi sur le référendum ? Peđa Grbin (P.G.) : La Croatie est une jeune démocratie. Au lendemain de notre indépendance, on s’est inspiré des démocraties occidentales pour rédiger nos lois. Mais certaines législations, comme celle du référendum, demeurent incomplètes. Lors de l’initiative populaire en 2010 sur la loi du travail, nous nous sommes rendus compte qu’elle comportait des failles. Actuellement, si vous souhaitez tenir un référendum, vous n’avez pas besoin d’expliquer pour quelles raisons vous le proposez, ni de faire connaître ses bons et ses mauvais (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous