Slobodna Europa

Croatie : « Dubrovnik a soigné ses plaies, mais n’a pas oublié ses blessures »

| |

Du 1er octobre 1991 au 26 mai 1992, Dubrovnik a vécu un siège ultra médiatisé. Pendant huit mois, la perle de l’Adriatique a essuyé les tirs de la JNA, venus des collines entourant la ville, des navires patrouillant en mer et des avions de l’armée yougoslave. Moins de 20 ans plus tard, Dubrovnik est devenue une métropole touristique mondiale. Mais si la ville a pansé ses plaies, les habitants, eux, n’ont pas oublié cet épisode douloureux.

Par Vežić La ville a soigné ses plaies, mais elle n’ a pas oublié ses blessures : elle conserve ces reliques du siège au musée de la Guerre pour la défense de la patrie situé dans la citadelle Imperijal sur la colline Srd, où le 6 décembre 1991 s’est déroulée une bataille décisive. C’est ici que travaille Milo Đuraš, qui a lui-même combattu pour défendre de la ville. Le musée devrait servir la vérité et la vérité devrait servir à tout le monde, donc même à ceux qui le jour de la saint Nicolas de l’année 1991 ont entendu que derrière Dubrovnik se répandait de la fumée car les habitants mettait le feu à des pneus. Slobodna Europa (S.E) a demandé à Milo (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous