Le Courrier des Balkans

Croatie à vendre, propriétaires étrangers (mal) acceptés

| |

En Croatie, le temps de la République socialiste de Yougoslavie et de la propriété collective est révolu. Après la signature de l’accord de stabilisation et d’association conclu avec l’Union européenne, Zagreb doit se mettre en conformité avec le droit communautaire et permettre l’accès à la propriété privée de manière égale à tout citoyen, qu’il soit croate ou d’un État de l’UE. Mais la population craint de voir les terres du pays bradées aux particuliers comme cela avait été le cas à la fin des années 1990 quand les entreprises étrangères avaient massivement racheté dans le secteur touristique.

Par Déborah Grbac La côte sur l’île de Korčula Cet été en Croatie des nouvelles affiches publicitaires plurilingues ont fleuri le long des routes qui mènent aux stations balnéaires pour acheter des appartements - construits en toute hâte - à quelques pas des plages. Les touristes étrangers qui auraient apprécié leur séjour sur la côte croate pourraient s’y offrir une résidence secondaire, sans avoir à passer par une procédure administrative compliquée, sans devoir constituer une société fictive ou utiliser l’intermédiaire d’un propriétaire fictif. Fini le temps de la Yougoslavie socialiste où il était interdit aux étrangers d’être propriétaire d’un bien (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous