Vjesnik

Croatie : 37% des déchets communaux aboutissent dans des décharges sauvages

| |

Le Sabor croate s’est penché sur la question du traitement des déchets : la Croatie doit effectivement hamoniser sa règlementation avec les obligations européennes. Sur 200 000 tonnes de déchets dangereux, seulement 15% sont déclarés. Il faut impérativement que la loi classe aussi les importateurs dans la catégorie de producteurs de déchet.

Par Ivka Bacic, Sanja Kapetanic et Dada Zesic L’Assemblée nationale a discuté des lois liées aux déchets et à la protection de l’air. Il s’agit d’un domaine extrêmement important dans lequel la Croatie est en train d’ajuster sa législation avec celle de l’UE, notamment parce que l’UE lui reproche souvent d’avoir une gestion inappropriée des déchets. En présentant la loi sur les déchets, la ministre de l’Environnement et de la construction, Marina Matulovic Dropulic, a souligné que cette loi a pour but de définir les coûts de la gestion et du recyclage du déchet, mais aussi de stipuler que les pollueurs doivent couvrir eux-mêmes les coûts de la gestion des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous