Le Courrier des Balkans

Crise en Grèce : fâchés avec Athènes, les créanciers regagnent leurs pénates

|

Les représentants de la troïka des bailleurs de fonds ont quitté Athènes jeudi soir après une semaine d’audits non conclusive – signe d’un désaccord profond avec le gouvernement Samaras sur les coupes à entreprendre dans les budgets publics. La troïka exigeait 150.000 licenciements supplémentaires dans la fonction publique.

(Avec agences) - « De très importants progrès ont été réalisés dans tous les domaines, mais il reste quelques questions en suspens », ont expliqué les représentants de la troïka (UE, FMI, BCE) avant de quitter Athènes après une semaine de discussions infructueuses. Retrouvez notre dossier : Crise et austérité en Grèce : une histoire sans fin ? Principale divergence : la nouvelle coupe dans les effectifs des fonctionnaires. Le gouvernement Samaras a promis de supprimer 24.000 emplois dans la fonction publique d’ici à 2014, grâce à des départs volontaires ou des retraites anticipées. Une coupe nécessaire, selon les bailleurs de fonds, pour que la Grèce (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous