IWPR

Crimes de guerre : la coopération régionale se renforce

| |

C’est une victoire de la justice dans les Balkans, mais qui n’a pas beaucoup fait parler d’elle : les fonctionnaires de Serbie, de Bosnie et de Croatie sont en train de partager les informations et les preuves dont ils sont en possession. Cela a déjà permis de mener certains procès pour crimes de guerre.

Par Drago Hedl La presse n’a pas fait grande attention à une rencontre qui a eu lieu à Belgrade, mi-juin, entre les juges pour les crimes de guerre serbes et le procureur général bosniaque. Il s’agit d’un autre signal qui témoigne d’une tendance à une meilleure coopération entre les fonctionnaires serbes, croates et bosniaques, pour traduire en justice ceux qui ont perpétré des crimes lors des conflits des années 1990. Jusqu’à récemment, un tel travail d’équipe entre ces anciens ennemis aurait été impossible. Dans le passé, les procureurs généraux ont eu du mal à accéder aux archives de guerre des autres États, et les témoins qui se rendaient dans les pays (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous