Danas

Crimes de guerre dans les Balkans : pour que justice soit enfin rendue à toutes les victimes

| |

« La collaboration régionale est un processus important pour renforcer l’État de droit et la réconciliation... » Dans un entretien à Danas, le procureur du Parquet serbe pour les crimes de guerre, Vladimir Vukčevič, revient sur les priorités de la justice dans les Balkans, alors que le TPIY s’apprête à fermer ses portes. Un mot d’ordre : coopérer. « C’est de cette façon que nos tribunaux nationaux peuvent contribuer à rendre justice à toutes les victimes de la région. »

Par J. Lukač. Danas (D.) : Le Parquet serbe pour les crimes de guerre est-il prêt à reprendre le flambeau après la fermeture du Tribunal pénal international (TPIY) de La Haye ? Vladimir Vukčevič (V. V.) : Nous avons fait un gros travail, comme l’a écrit un journaliste du Guardian en 2011 peu après la remise au TPIY de tous les fugitifs recherchés. Son article était titré « Mission accomplie ». Mais quand Goran Hadžić a été livré au TPIY, j’ai dit que notre travail n’était pas terminé. Au contraire. Je crois que nous sommes à peine à mi-chemin, avec 154 accusés et 1.100 années de peines d’emprisonnement. Pour la première fois dans son rapport annuel (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous