Novinite

Contestation en Bulgarie : le réseau de la colère

| |

Les opposants au gouvernement bulgare de Plamen Oresharski ne désarment pas, malgré la chaleur caniculaire et plus de cinquante jours de manifestations. Cette fois, les contestataires s’organisent en réseau contre l’oligarchie. Journal, site web, télé... Le « réseau de la colère » veut servir de poste d’alarme de la société civile.

Les manifestants antigouvernementaux viennent d’annoncer la création d’un « réseau de la colère ». Un « instrument de coopération et de contact » ouvert à tous, qui veut « préserver les énergies accumulées » pour atteindre le but recherché : la démission du gouvernement et de nouvelles élections d’ici fin 2013. Retrouvez notre dossier : En Bulgarie, la colère ne faiblit pas Au cours d’une conférence de presse, les représentants de l’association ont annoncé qu’ils allaient publier un journal, ouvrir un site Internet, et peut-être même une petite chaîne de télévision afin de pouvoir toucher le plus de monde possible. Justine Toms, bloggeuse et experte en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous