Le Courrier des Balkans

« Complots » et corruption en Turquie : Erdoğan essaie de sauver les meubles

| |

Le scandale de corruption qui secoue la Turquie depuis une semaine fait chanceler le régime de Recep Tayyip Erdoğan. Mercredi, trois ministres donnaient leur démission. Quelques heures plus tard, le Premier ministre annonçait un remaniement de grande ampleur, tout en criant au « complot » et en dénonçant ses anciens alliés devenus rivaux, les disciples de l’influent imam Fethullah Gülen. Jamais le pouvoir de l’AKP n’a paru aussi fragile.

Par Alexandre Billette Le scandale a commencé par une affaire de blanchiment d’argent, de fraude et de corruption aux ramifications multiples, qui concerne notamment des transactions illégales avec l’Iran sous embargo, des ventes d’or et des détournements de fonds publics. Les investigations menées par la police financière impliquent des proches du Parti pour la justice et le développement (AKP) du Premier ministre Erdoğan. La justice s’intéresse également à TOKİ, une société parapublique de gestion en charge du développement du logement résidentiel à travers le pays. L’entreprise, qui dégage chaque année des bénéfices considérables pour la vente (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous