IWPR

Comment sauver les infirmières bulgares condamnées à mort en Libye ?

| |

Cinq infirmières bulgares sont condamnées à mort en Libye sous l’accusation d’avoir délibérément contaminé le sang de 400 enfants par le virus VIH. Elles attendent le résultat de leur dernier appel. En Bulgarie, l’opinion reste partagée sur la décision que devrait prendre le nouveau gouvernement dirigé par les socialistes.

Par Albena Shkodrova En Bulgarie, certains pensent que le gouvernement devrait prendre en compte les exigences libyennes et verser des compensations aux familles des enfants contaminés, tout autre solution ayant échoué. Pour d’autres, toute négociation avec les parents ne peut aboutir, parce qu’ils ne sont pas unis, certains sont prêts à discuter mais d’autres exigent l’exécution des femmes. Kristina Vulcheva, Nasya Nenova, Snezhana Dimitrova, Valentina Siropulo et Valya Chervenyashka ont été condamnées à mort en mai 2004 à la suite d’une contamination massive au HIV dans un hôpital de Benghazi. Un homme, le docteur Zdravko Georgiev, a été condamné à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous