Cinéma au Kosovo : Babai, à la recherche du Père

| |

Babai raconte l’histoire du père, Gëzim, qui quitte le Kosovo pour émigrer en Allemagne, et de son fils Nori, 10 ans, bien déterminé à le rejoindre. Le film, signé Visar Morina, représentera le Kosovo aux Oscars. Entretien avec son réalisateur.

Par Manjola Stehu Le Père, c’est l’histoire de l’obstination d’un petit garçon qui veut partir au point de voler l’argent destiné au mariage d’un oncle. Nori se rapproche de Valentina, qui veut rejoindre son mari en Europe centrale. Il entreprend un voyage risqué en traversant l’Adriatique par la mer. Le film ne porte pas tant sur les risques encourus par les émigrants que sur la recherche d’un père, et sur la détermination d’un enfant. Osservatorio Balcani e Caucaso (OBC) : Qu’est-ce qui vous a poussé à entamer des études pour devenir réalisateur ? Visar Morina (VM) : Pendant mes années de lycée, je suis allé pour la première fois au cinéma. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous