Le Courrier de la Roumanie

Cinéma : « Au-delà des collines », portrait d’une Roumanie à l’asphyxie

| |

Avec După dealuri (« Au-delà des collines »), le réalisateur roumain Cristian Mungiu a choisi d’aborder un thème difficile inspiré d’un fait divers devenu fait de société : la mort d’une jeune fille suite à un exorcisme orchestré par un prêtre orthodoxe. Film d’épouvante autant que fiction naturaliste, După dealuri propose une réflexion sur la société roumaine, ses problèmes hérités de l’ère Ceaucescu et la place occupée par l’Église orthodoxe, palliant les dysfonctionnements de l’État.

Par Julia Beurq Un monastère retiré en Moldavie roumaine, une orpheline en dérive mentale, un hôpital inefficient, un exorcisme qui tourne mal… Avec pareil décor, După dealuri (« Au-delà des collines »), le dernier film de Cristian Mungiu, avait de quoi soulever l’indignation en Roumanie, où 85,9 % des habitants se déclarent orthodoxes. En 2005, dans le monastère de Tanacu, une femme a trouvé la mort à la suite d’un exorcisme pratiqué dans des conditions confuses. Ce fait divers médiatisé avait profondément choqué la société roumaine, et l’Église orthodoxe n’en était pas sortie indemne. Mais sept ans après les faits, le public a réservé un bon accueil (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous