Monitor

Charte constitutionnelle Serbie-Monténégro : quelle défaite !

| |

La Charte constitutionnelle de la nouvelle Union de Serbie et du Monténégro remet en cause certaines dispositions de l’Accord conclu à Belgrade en mars 2002 entre les deux républiques. Les dirigeants monténégrins ont bien choisi leur moment pour faire passer la pilule.

Par Milka Tadic-Mijovic Le DPS de Milo Djukanovic a su choisir son moment : il a fait adopter la Charte constitutionnelle en une nuit, tandis que Podgorica tremblait sous le coup de l’affaire de trafic des femmes (voir notre article sur le sujet : Monténégro : proxénétisme au sommet de l’État). Il a encore une fois choisi le moment idéal pour tromper l’opinion publique monténégrine occupée par les histoires de sexe, de viols et de bande vidéo. Sans hésitation et sans compromis, le DPS a accepté la révision de l’Accord de Belgrade et une nouvelle annulation du statut étatique du Monténégro. Après sept mois de travail sur la Charte constitutionnelle, le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous