Le Courrier du Kosovo

Centenaire de l’Albanie : quand l’art interroge l’identité nationale

| |

Butrint, Saranda, Vlora, Berat, Milot, Gjirokastra, Shkodran. Oui, ce sont des villes d’Albanie, mais ce sont aussi des prénoms donnés, surtout dans les années 1970 et 1980, à de jeunes Kosovars. Le plasticien Alban Muja décortique ces jeux de l’identité dans une exposition intitulée « Mon nom, leurs villes », qui se tient à Pristina dans le cadre des festivités du centenaire de l’Albanie.

Par Nerimane Kamberi Sept jeunes filles et garçons tiennent en mains la photo de la ville dont ils portent le nom. Si pour certains cela peut sembler bizarre de nommer son enfant du nom d’une ville, pour les Albanais, « cette pratique » avait le parfum de la nostalgie. Retrouvez notre dossier : 28 novembre 1912 : il y a cent ans, naissait l’État d’Albanie « Les enfants qui sont nés surtout dans les années 1970 et 1980 ont grandi avec le mythe d’un endroit très beau : l’Albanie », selon les mots d’Alban Muja. Mais aussi dans le rêve de leurs parents de voir l’union nationale, de voir le peuple albanais, des deux côtés de la frontière, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous