Osservatorio sui Balcani

Bulgarie : le désastre de l’assimilation forcée de la minorité turque

| |

Au cours des années 1980, les autorités communistes bulgares ont entamé le « processus de régénération nationale », c’est-à-dire une tentative de bulgarisation à marche forcée de la minorité turque et pomak. Un épisode vécu de manière tragique par toute la communauté musulmane. Témoin-clé aujourd’hui domiciliée en Turquie, Süleymanoğlu Yenisoy, professeure de philologie et auteur d’un dictionnaire turco-bulgare, se souvient avec émotion de ce moment. Entretien.

Par Tanya Mangalakova Hayriye Süleymanoğlu Yenisoy fait partie de la communauté turque de Bulgarie. Elle obtient son diplôme de philologie bulgare et turque à l’Université Sv. Kliment Ohridski de Sofia, où elle enseigne, par la suite, pendant de nombreuses années. Quand le régime communiste bulgare lance le « processus de régénération nationale » (comprenant le changement forcé des noms à consonance turque ou pomak), Mme Süleymanoğlu est victime de graves discriminations. Le 11 août 1983, la Daržavna Sigurnost (les services secrets du régime) s’introduit chez elle et saisit livres et textes scientifiques, parmi lesquels le manuscrit du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous