Haute Albanie : une voyageuse anglaise dans les Balkans

  • Haute Albanie : une voyageuse anglaise dans les Balkans, Editions Non Lieu, 2023, 276 pages, 25 euros
  • Prix : 25.00 €
 

Haute Albanie. L’Odyssée d’une voyageuse anglaise dans les Balkans est d’abord un récit de voyage. Edith Durham prend soin de noter toutes ses étapes et les difficultés rencontrées dans un pays inhospitalier où la piste enneigée ou poussiéreuse est la seule voie de communication que des chevaux ou des marcheurs peuvent emprunter.

Chaque rencontre est l’occasion d’une description minutieuse de l’habitat, des vêtements, de la nourriture des habitants. Dotée d’une solide formation, elle dessine et fait des croquis pour illustrer ses propos. À l’écoute des récits que lui font les montagnards, elle donne à comprendre la nature du Kanun, ce code coutumier qui régit toute la société albanaise. Elle pourfend les stéréotypes qui faisaient – et font encore trop souvent – des Albanais des « sauvages » sans foi, ni loi. Elle démonte sans a priori, les lois des mariages entre tribus, de la vendetta ou du statut particulier des vierges jurées. Reçue par les dirigeants de l’époque, comme le roi Nikola du Monténégro, les émissaires du sultan ou les ambassadeurs des grandes puissances, elle rend compte des intrigues, des luttes d’influence qui se jouent sur le terrain, sans aucun égard pour les populations.

Edith Durham est non seulement un précieux témoin du jeu politique de l’époque mais elle prend résolument partie pour ceux qui servent de pions dans l’histoire tragique de ce vingtième siècle commençant.

Biographie de l’auteur

Edith Durham (1863-1944) est née à Londres dans la bourgeoisie victorienne. Le récit de son périple se situe entre le printemps et l’automne 1906, dans les montagnes du nord de l’Albanie. Précis et documentés, sans parti pris, ses récits constituent une source ethnologique et histo- rique de première importance. L’Albanie et le Kosovo lui rendent toujours hommage. Elle a été admise en 1907 à l’Institut royal d’anthropologie après avoir organisé le pavillon du Monténégro à Londres pour l’exposition des États balkaniques. Edith Durham est morte à Londres le 15 novembre 1944.

Édition traduite par Jacqueline Dérens. Introduction et notes établies par Jean-Arnault Dérens.

  • Haute Albanie : une voyageuse anglaise dans les Balkans, Editions Non Lieu, 2023, 276 pages, 25 euros
  • Prix : 25.00 €