Sonate pour un immoraliste

  • Aleksandar Galatica, Non Lieu, Paris, 2020, 192 pages, 18 euros
  • Prix : 18.00 €

M. Petrovic, monument d’immoralité vivant dans une retraite extrême, se plaît à mettre sa vie en scène. À travers 99 chapitres étalés de mars à septembre d’une même année au début du XXIe siècle, Petrovic interprète les derniers actes de sa vie, ou plutôt : il exécute une sonate funèbre en l’honneur de son existence immorale, une sonate en trois mouvements clôturée par un adagio sostenuto.

Monsieur Petrovic ressemble à la ville de Troie : meurtie et souillée. Il a pourtant soutenu le siège durant des années avant que ne pénètre en lui la belle Marina - une manipulatrice qui ébranla son équilibre intérieur et parvint à le détruire.

La souffrance et la chute de cet homme autrefois puissant, ancien homme de confiance du Parti socialiste serbe qui a sali tout ce qu’il a touché, finit par provoquer la sympathie du lecteur, même chez celui que cet homme avait d’abord révulsé.

Né en 1964 à Belgrade, Aleksandar Gatalica est diplômé du département de littérature générale de l’université de Belgrade, où il a étudié la littérature classique. Il est l’un des auteurs majeurs de la Serbie contemporaine, traducteur de nombreuses œuvres classiques, critique musical et éditeur dans la presse. Aleksandar Gatalica a été récompensé par quatre prix prestigieux et plus particulièrement par le prix NIN.

  • Aleksandar Galatica, Non Lieu, Paris, 2020, 192 pages, 18 euros
  • Prix : 18.00 €