Radio Slobodna Evropa

Bosnie : quand les partis politiques se mettent d’accord sur le dos de l’Etat de droit

| |

L’interminable crise politique va-t-elle connaître un épilogue inattendu ? Le Parti social-démocrate (SDP) de Zlatko Lagumdžija et le Parti social-démocrate indépendant (SNSD) de Milorad Dodik ont conclu mercredi dernier un accord de « coopération », qui prévoit de réduire les pouvoirs du Conseil supérieur de la magistrature en les transférant aux parlements des entités. Le Parquet dépendrait ainsi du pouvoir législatif. Les autres partis dénoncent un coup porté à l’État de droit.

Par Dženana Halimović Alors que l’on s’attendait à une vive réaction du Bureau du Haut Représentant, Valentin Inzko s’est, pour sa part, contenté d’une déclaration relativement sereine, saluant « le retour d’un dialogue politique qui ouvre la voie à une sortie de crise au niveau de l’Etat ». Retrouvez notre dossier : Bosnie-Herzégovine : un pays toujours bloqué ? Le Haut représentant a néanmoins rappelé qu’il était « essentiel pour les partis politiques et les institutions de soutenir les principes de démocratie, de bonne gouvernance et de primauté du droit. » « Le pouvoir judiciaire, l’administration publique et la Banque centrale sont des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous