AIM

Bosnie : pardonner sans oublier

| |

La réconciliation n’est que rarement et timidement évoquée par la classe politique de Bosnie-Herzégovine. Il semble même qu’on en parle de moins en moins et qu’on insiste toujours plus sur la culpabilité et la punition des criminels : à chercher, bien sûr, dans les rangs des autres peuples.

Par Branko Peric Lors d’une réunion des représentants des trois commissions pour les crimes de guerre où les représentants des Serbes, des Croates et des Bosniaques ne parlaient que des victimes dans leurs groupes respectifs, le chef d’une des commissions s’est aperçu que luiest ses collègues des autres groupes étaien t " en train de créer trois versions opposées des événements ". " Si l’on continue de la sorte ", expliquait-il, " nos enfants se battront dans cinquante ans pour démontrer la vérité de chacune de ces ve rsions ". Cette petite histoire a été rapportée, voilà a deux ans, par Neil J. Kritz, directeur de l’Institutt juridique de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous