Radio Slobodna Evropa

Bosnie : les salaires des ministres, véritable tonneau des Danaïdes

| |

Peu de pays sont aussi généreux que la Bosnie-Herzégovine avec leurs ministres. L’État continue à les payer pendant un an après la fin de leur mandat, tant qu’ils n’ont pas retrouvé un emploi ou une autre fonction politique. Un poids financier insoutenable pour une économie déjà fragilisée et que la complexité administrative locale aggrave encore. Explications.

Par Dženana Karabegović En Bosnie, l’État prend soin de ses ministres. Une fois leur mandat terminé, ils peuvent continuer à percevoir leur salaire pendant un an. Ce traitement très favorable pose de sérieuses questions compte tenu de la complexité administrative bosnienne et de la fragilité des gouvernements, surtout à l’échelle des cantons. À titre d’exemple, rien que dans le Canton de Tuzla, le gouvernement a changé cinq fois ces vingt derniers mois. De fait, le budget cantonal doit consacrer pas moins de de 800.000 euros d’indemnités aux anciens ministres. Selon les analystes, une telle charge serait insupportable, proportionnellement, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous