Radio Slobodna Evropa

Bosnie : les citoyens toujours pris en otages par les élites politiques nationalistes

| |

La mainmise des nationalistes est plus forte que jamais sur la scène politique de Bosnie-Herzégovine. Des partis qui n’étaient pas initialement nationalistes le sont devenus, comme le SNSD de Milorad Dodik, ou le Parti pour la Bosnie-Herzégovine de Haris Silajdžić. Zijad Bećirović, directeur de l’IFIMES, pointe les responsabilités de la communauté internationale, qui a toujours choisi les nationalistes comme partenaires privilégiés. Entretien.

Propos recueillis par Marija Arnautović Radio Slobodna Evropa (RSE) : Votre analyse porte le titre « Le cercle vicieux de la politique, de la mafia et de la criminalité ». Qu’avez-vous concrètement analysé ? Zijad Bećirović (ZB) : Nous avons voulu présenter la complexité de la scène politique et en même temps sa grande simplicité, du fait qu’au cours des vingt dernières années, depuis le début des changements démocratiques en Bosnie-Herzégovine, nous sommes plus ou moins face aux mêmes élites politiques qui façonnent la vie des citoyens de ce pays. Nous pouvons affirmer qu’elles retiennent en otages les membres de leurs communautés ethniques (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous