IWPR

Bosnie-Herzégovine : Srebrenica, la ville perdue

| |

Quatre ans plus tard, Srebrenica est toujours en plein désespoir. Ses habitants
serbes ne veulent pas y rester et ses anciens citoyens musulmans ne souhaitent
pas y retourner.

Par Zoran Tmusic à Srebrenica * "Ne le touchez pas" indique un graffiti peint sur un poster jauni représentant l’inculpé pour crimes de guerre Radovan Karadzic, collé sur le mur d’un immeuble au centre ville de Srebrenica dans l’est de la Bosnie. Cet avertissement griffonné aux forces dirigées par l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) qui patrouillent encore dans la ville est vieille de près de deux ans. A cette époque, les quelque 15.000 Serbes de Bosnie vivant à Srebrenica étaient violemment opposés au retour des Musulmans chassés de la ville lors d’une opération brutale et tristement célèbre il y a tout juste quatre ans. Deux ans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous