Oslobodjenje

Bosnie : juger tous les criminels de guerre pour construire un État stable

| |

Pour construire un État viable, il est nécessaire de juger tous les crimes commis en Bosnie entre 1992 et 1995, peu importe la nationalité des criminels. C’est la démarche que tente d’initier Zeljko Komsic, le membre croate de la Présidence de Bosnie-Herzégovine. Si sa voix est encore minoritaire, elle constitue un premier pas encourageant.

Par Josip Vricko La récente confession de Hase Hakalovic, commandant des opérations dans la zone de Klis et de la 445ème brigade montagnarde de l’Armija au moment où des crimes furent commis contre des Croates du village de Trusina, est au fond un paradigme de la Bosnie contemporaine. En premier lieu, c’est à un quotidien croate que Hase Hakalovic a confié son histoire. Selon ses propres aveux, ses compatriotes le considèrent depuis longtemps comme un traître. C’est pour cela, croit-il, que les médias bosniaques lui sont plus ou moins inaccessibles. En effet, Hase Hakalovic a nommé à plusieurs reprises les auteurs des crimes commis dans ce (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous