Osservatorio Balcani e Caucaso

Bosnie-Herzégovine : les minorités n’ont toujours pas voix au chapitre

| |

Malgré les injonctions européennes, la Bosnie-Herzégovine n’a toujours pas modifié son système politique qui favorise les trois peuples « constitutifs » du pays - Bosniaques, Croates et Serbes - au détriment des autres. Jakob Finci, pilier de la communauté juive séfarade de Sarajevo qui avait saisi la Cour européenne sur cette question, se penche sur les relations interethniques en Bosnie-Herzégovine et évoque notamment la délicate question du recensement de la population, qui devrait être effectué en octobre prochain.

Par Andrea Rossini Jakob Finci, porte-parole de facto de la communauté hébraïque de Bosnie-Herzégovine et ancien ambassadeur de son pays en Suisse, attend depuis quatre ans que la Bosnie-Herzégovine applique la décision de la Cour européenne des Droits de l’Homme à propos de « l’affaire Sejdić-Finci » où la Bosnie-Herzégovine a été condamnée pour violation de la Convention européenne des Droits de l’homme. Osservatorio sui Balcani (Osb) : La décision de la Cour de Strasbourg n’est toujours pas appliquée par la Bosnie-Herzégovine, et quatre années se sont écoulées depuis. Pourquoi ? Jakob Finci (J.F.) : C’est une longue histoire qui remonte aux Accords (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous