Bosnie-Herzégovine : « les causes de la crise se trouvent dans les Accords de Dayton »

| |

Vingt ans après la fin du conflit, les Accords de Dayton servent toujours de base à la Constitution bosnienne. Pourtant, cette annexe, qui favorise les intérêts communautaires au détriment des intérêts nationaux, ne devait être que provisoire. Comment, dans ce contexte, faire bouger les lignes et en finir avec la crise qui sclérose la Bosnie-Herzégovine ? Les explications de l’universitaire Kasim Trnka, spécialiste du droit constitutionnel.

Propos recueillis par Dženana Halimović Radio Slobodna Evropa : Vingt ans après la signature des Accords de paix de Dayton, la Bosnie-Herzégovine a choisi l’intégration euro-atlantique. Cependant, ces accords n’ont jamais été adaptés aux normes démocratiques modernes. Les dirigeants n’ont montré aucune volonté de les réformer, se préoccupant davantage de leurs intérêts, de ceux de leur communauté et de ceux de leurs partis que de ceux de l’Etat. Kasim Trnka (K. T.) : En effet. Je pense que les causes de la crise actuelle se trouvent dans la conception même des Accords de Dayton. Un grand nombre d’intérêts différents sont pris en compte, mais le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous