Le Courrier de la Bosnie-Herzégovine

Bosnie-Herzégovine : Fahrudin Radončić, ministre de l’Intérieur et parrain mafieux ?

| |

Fahrudin Radončić, le nouveau ministre de l’Intérieur de Bosnie-Herzégovine, entretient depuis longtemps des liaisons très ambiguës avec l’une des personnalités les plus controversées du monde criminel de l’ancienne Yougoslavie, Naser Kelmendi. Portrait d’un homme d’affaires qui cherche la « protection » de la politique.

Par Rodolfo Toè Naser Kelmendi est né à Peć, au Kosovo, il y a 55 ans. Il s’est installé à Sarajevo après la guerre, à la fin des années 1990, devenant citoyen de Bosnie-Herzégovine. Ces dix dernières années, il a construit « un véritable empire criminel », selon l’estimation de la SIPA, les services de renseignements bosniens. Bien connu d’Interpol, Naser Kelmendi a récemment été inscrit sur la « liste noire » des États-Unis qui, en observance du « Kingpin Act », interdit les transactions financières avec les individus suspectés d’être des trafiquants de drogue. Naser Kelmendi n’a jamais été jugé par aucun tribunal en Bosnie-Herzégovine. Pourtant, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous