Start

Bosnie : ces questions auxquelles les partis ne veulent pas répondre

| |

La campagne pour les élections du 1er octobre bat son pleine. Pourtant, tous les partis politiques évitent soigneusement d’évoquer certaines questions délicates, comme la légalisation des drogues douces, la peine de mort, la légalisation de la prostitution, la situation de la communauté homosexuelle et la légalisation de mariages entre personnes du même sexe. L’enquête du magazine Start de Sarajevo.

Par Almir Panjeta et Semir Mujkic Le magasine Start a interrogé les partis politiques de Bosnie-Herzégovine sur cinq questions qui ne figurent pas dans leur programmes électoraux. Des questions telles que la légalisation des drogues douces, la prostitution ou le mariage entre personnes du même sexe restent pour eux un véritable tabou. Les partis politiques bosniens justifient leurs réponses conservatrices par la religion, la culture et la tradition. « Quoi ? C’est quoi ça ? » - rétorquèrent par une nouvelle question Mirko Blagojevic, , membre du Parti radical serbe, et Slobodan Nagradic, du Parti du progrès démocrate à la question sur la position (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous