Big brother is watching you : Skopje, nid d’espions

| |

« Les Grecs espionnent les Macédoniens et les Albanais. Les Albanais espionnent les Serbes. Les Serbes espionnent les Bulgares et les Albanais. Les Bulgares espionnent les Turcs. Les Turcs espionnent les Grecs… Et les Américains espionnent tout le monde »... En réalité, tous les services de renseignement du monde se croisent en Macédoine, avec une nouvelle « cible » privilégiée : les réseaux de volontaires qui partent en Syrie.

Par Aleksandar Srbinovski « Skopje ressemble à Casablanca avant la Seconde Guerre mondiale. Signe avant-coureur de turbulences régionales ? Ou climat propice à l’espionnage ? L’avenir nous le dira… » Ivan Babamovski est professeur à la faculté de Sécurité de Skopje. Selon cet ancien officier du renseignement, les grandes puissances ont renforcé leurs activités d’espionnage en Macédoine depuis que des activistes islamistes s’y sont implantés et que de nombreux volontaires originaires de Macédoine sont partis se battre en Afghanistan, en Syrie, en Irak ou au Liban… Les États-Unis ont déplacé leur agence d’Athènes à Skopje, investi 80 millions de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous