Novosti

Balkans : « La gauche parlementaire a baissé les bras face au néolibéralisme »

| |

On se souvient des larmes de Sonja Lokar, il y a 22 ans, lors du XIVe Congrès de la Ligue des communistes yougoslaves, à la veille de l’éclatement de la Yougoslavie. « Ce fut la plus grande défaite de la gauche », dit-elle aujourd’hui. Alors que l’Union européenne et les pays des Balkans sont en proie à une grave économique et à un regain de courants populistes d’obédience fasciste, la gauche a-t-elle un avenir ? « Oui », répond celle qui dit appliquer le principe de Lénine : « pessimiste dans mon analyse, optimiste dans mon action ».

Propos recueillis par Dragan Grozdanić Sonja Lokar est une femme politique slovène qui fut très active à l’époque de la Yougoslavie. Elle était présente au XIVe Congrès de la Ligue des communistes yougoslaves qui précéda le démembrement du pays. Aujourd’hui elle est présidente du lobby européen des femmes. Nous l’avons rencontrée à l’occasion du colloque qui a eu lieu en juin à Zagreb : « Après la trahison, penser la révolution ». Retrouvez notre dossier : Les Indignés et la renaissance d’une gauche radicale : vers un « printemps des Balkans » ? Novosti : Pour commencer, revenons 22 ans en arrière, à votre réaction très émotive lors du XIVe (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous