Bombardements de 1999 : quand le Centre culturel de Serbie à Paris s’autocensure

| |

Trois jours après le vernissage de l’exposition « Quand il pleuvait des bombes », de grands panneaux des artistes Biljana Willimon et Vladimir Veličković avaient disparu des murs du Centre culturel de Serbie à Paris. Cette très maladroite tentative d’autocensure a provoqué un vif émoi, de Paris à Belgrade.

Mardi 26 mars, certains murs du Centre culturel de Serbie à Paris étaient vides : les œuvres des plasticiens Biljana Willimon et Vladimir Veličković avaient été retirées des cimaises, trois jours seulement après l’inauguration de l’exposition « Quand il pleuvait des bombes », conçue par le Musée historique de Serbie pour évoquer les bombardements de l’Otan en 1999. C’est la directrice-adjointe du Centre, Nataša Pejin, qui a lancé l’alerte sur son compte Facebook. Selon elle, la décision de retirer ces œuvres aurait été prise par le directeur du Centre, Radoslav Pavlović, qui prévoyait de convier des officiers de l’Alliance atlantique à une soirée dans les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous