Le Courrier du Kosovo

Au Kosovo, « la corruption est une condition pour accéder au pouvoir »

|

La corruption est un mal qui gangrène l’ensemble des Balkans. Au Kosovo, face à un État faible, c’est même une véritable institution parallèle. Les responsables politiques locaux comme les « amis » internationaux se servent largement sur une bête déjà maigre. Voilà le tableau bien noir que dresse Avni Zogiani, dirigeant de Çohu, une ONG qui lutte activement contre la corruption. Selon lui, Pristina va droit dans le mur si rien n’est fait rapidement. Entretien.

Propos recueillis par Serbeze Haxhiaj Le Courrier du Kosovo (CdK) : Il vient d’y avoir des changements au sein du gouvernement et des agences publiques au nom de la lutte contre la corruption. Comment jugez-vous ces changements ? Avni Zogiani (A.Z) : Cette tendance de changements était réclamée depuis plusieurs mois. C’est une façon d’offrir un produit de consommation à l’opinion publique, pour masquer les vrais problèmes. Le but des changements est de satisfaire les prétentions au sein des partis politiques au gouvernement, surtout d’un des partenaires, la LDK, car il y avait plusieurs attentes parmi les courants de ce parti. L’objectif (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous