Le Courrier des Balkans

Ataka : décryptage d’un radicalisme à la bulgare

|

Depuis quinze ans, l’extrémisme existait bel et bien en Bulgarie mais il était plus ou moins « canalisé » voire « absorbé » par les autres partis, de gauche comme de droite. Il était de toute façon occulté par tous les partis qui mettaient en avant la réussite d’un « modèle ethnique bulgare » dans les Balkans. La nouveauté est que ce phénomène extrémiste vient de prendre en 2005 son autonomie ; grâce notamment à un leader : Volen Siderov.

Par François Frison-Roche La coalition électorale « Ataka », qui a remporté 8,75 % des suffrages exprimés (296.848 voix) aux élections législatives du 25 juin 2005 en Bulgarie, s’est fait enregistrer comme parti politique en juillet auprès du tribunal de Sofia sous le nom de « Rassemblement national » . Pour se faire une idée de ses orientations politiques et de ses objectifs il n’est peut-être pas inutile de porter à la connaissance du public francophone l’appel de Volen Siderov aux Bulgares, l’abrégé de son programme électoral et les vingt principes d’action d’Ataka. Ce mouvement extrémiste bulgare a ses caractéristiques. Il convient donc d’étudier ce (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous