BIRN

Après les plombiers polonais, les travailleurs roumains à la conquête de l’Ouest ?

| |

L’intégration européenne aura lieu dans quelques mois, mais le Royaume-Uni pourrait refuser l’accès aux travailleurs bulgares et roumains pour une période pouvant aller jusqu’à sept ans. La Roumanie presse le Royaume-Uni de ne pas fermer ses portes. Les autres pays membres de l’UE contrôlent également l’accès à leur marché du travail. La liberté de circulation, au principe de l’idée européenne, n’est pas encore à l’ordre du jour.

Par Marian Chiriac et Marcus Tanner Sous le chaud soleil de l’après-midi, deux jeunes garçons cherchent de l’ombre sous un panneau publicitaire gigantesque de British Airways, dans le centre de Bucarest. « Vols de jour : Londres est plus près que vous ne le pensez », affirme le slogan, sous une photo du symbole bien connu de Londres qu’est Big Ben, avec quelques autobus rouges. « Bien sûr que j’aimerais vivre en Grande-Bretagne, où les opportunités de gagner un peu d’argent sont bien meilleures qu’ici », lance Stefan, 23 ans, un étudiant universitaire de Bucarest. « Mais je ne voudrais pas rester là-bas pour toujours, ce serait pour cinq ans tout au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous