Blic

Appels au meurtre et à la haine en Serbie : retour aux années 1990 ?

| |

Les appels à la haine et au meurtre se multiplient en Serbie. Le Premier ministre Koštunica et ses alliés dénoncent la « trahison » que le Président de la République Boris Tadić aurait commise en signant l’accord d’association avec l’Union européenne. Sur les murs de Belgrade, des affiches appelent au meurtre de Boris Tadić et du ministre Božidar Đelić. Des menaces à prendre très au sérieux. La sécurité du Président a été renforcée.

Par T. N. Đ, V. Z. C. et T. S. « Nous avons déjà pris toutes les mesures nécessaires dans le domaine de la sécurité présidentielle. C’est aussi aux citoyens et à la justice de faire leur travail », a déclaré Dragan Šutanovac, ministre de la Défense et vice-président du Parti démocratique (DS), qui refuse de commenter explicitement le niveau de sécurité dont est entouré le chef de l’État. Chasse aux sorcières Vuk Drašković, le président du Mouvement serbe du renouveau (SPO), allié au DS dans la coalition « Pour une Serbie européenne », rappelle que tous les attentats dont il a été victime ont toujours été précédés de menaces similaires à celles (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous