Osservatorio sui Balcani

Anton Stres, un archevêque de choc pour Ljubljana

| |

Anton Stres, le nouvel archevêque de Ljubljana, est considéré comme un négociateur, et un expert des relations souvent difficiles entre l’Église et l’État. Avec lui, l’Église slovène cherchera probablement à se créer une nouvelle place dans la société et la politique. L’Église catholique estime que la société slovène est fortement sécularisée, voire hostile à la religion. Elle dénonce notamment les projets de légalisation des mariages entre personnes de même sexe.

Par Stefano Lusa Anton Stres a été nommé le 28 novembre 2009 archevêque de Ljubljana et primat de Slovénie. Son prédécesseur, Mgr Alojz Uran, avait demandé à être démis de ses fonctions « pour raisons de santé ». L’homme désormais à la tête de l’Église slovène est considéré comme un excellent négociateur qui, depuis des années, s’occupe des rapports entre l’Église et l’État. En effet, près de vingt ans après la chute du régime communiste, les rapports entre religion et politique sont loin d’être au beau fixe. L’Église slovène voudrait jouer un plus grand rôle dans la société de son pays et, surtout, elle souhaiterait faire l’objet de davantage de tolérance. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous