Shekulli

Albanie : quand les pauvres veulent vendre leurs reins

| |

Aucune greffe de rein n’a encore été réalisée en Albanie. Pourtant, les candidats à la vente d’organes se bousculent déjà au portillon. Pauvreté, misère sociale, autant de raisons qui poussent les gens à se mutiler pour survivre. Et les médecins, qui prévoient déjà une carence de reins, sont prêts à légaliser ces ventes.

Par Eglantina Bardhi Selon le médecin en chef du service de néphrologie au CHU de Tirana, certaines personnes tentent de vendre leurs reins. Il pense qu’il est nécessaire d’édicter des lois spécifiques pour prévenir ces abus. Mais il n’a pas exclu l’éventualité d’acheter ces reins. La pauvreté atteint parfois des limites extrêmes et pousse les gens à prendre des décisions dramatiques pour atténuer un tant soit peu leur misère. C’est ainsi que certaines personnes en arrivent parfois à offrir un de leurs reins contre de l’argent. Selon Alketa Koroshi, le néphrologue du CHU « Mère Teresa » de Tirana, plusieurs personnes se sont ainsi présentées en offrant leur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous