Gazeta Shqiptare

Albanie : pour un peu de travail, la longue attente des journaliers de Vlora

| |

Depuis le début de la transition, les Albanais émigrent en masse aux quatre coins du monde. Mais aussi à l’intérieur des frontières : l’exode rural a totalement bouleversé la répartition de la population. Ainsi, des centaines de villageois quittent leurs terres pour venir chercher un travail quelconque en ville. Reportage à Vlora.

Par Ermelinda Hoxhaj C’est ainsi que la place « Omonia », au centre de Vlora, est chaque jour remplie de ces « émigrants » dans leur propre pays. Ce qui crée un parallèle paradoxal avec la place du même nom à Athènes, qui est elle aussi connue pour rassembler un grand nombre d’Albanais, à la recherche d’un travail ou de la compagnie d’autres compatriotes. C’est là que commence et se termine la journée pour des centaines d’hommes. Dès l’aube, ils se lèvent, rangent dans leur sacoche le repas préparé par leur épouse, prennent leurs outils du travail et partent vers « Le Soldat inconnu ». Au début ils sont peu nombreux, puis ils arrivent les uns après (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous