Albanie : la révolte étudiante, le néo-libéralisme et la fin de la transition

| |

Ils ont battu le pavé des rues de Tirana tout le mois de décembre, faisant trembler le gouvernement social-démocrate d’Edi Rama. Les étudiants albanais s’opposent aux règles néo-libérales et au « système » incarné par la pseudo-alternance entre les deux partis dominants, le PD et le PS. De ce point de vue, leur mouvement marque bien la fin de la longue période de « transition » post-socialiste, ouverte en 1991.

Par Blendi Kajsiu Tout le mois de décembre, les étudiants ont défilé dans les rues d’Albanie, secouant le régime d’Edi Rama. Certains observateurs ont comparé ce mouvement à celui des étudiants de décembre 1990, qui a renversé le régime communiste. Beaucoup ont aujourd’hui l’espoir que l’histoire se répète et que les étudiants parviennent de nouveau à renverser un système politique pourri. Cette comparaison est autant compréhensible qu’erronée. Compréhensible car dans les deux cas, nous avons affaire à un mouvement étudiant qui s’est développé en-dehors des cadres politiques existants, avec des revendications économiques qui peuvent se transformer (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous