Gazeta shqiptare

Albanie : les défis de la conservation et de la restauration du patrimoine archéologique

| |

L’Albanie possède d’immenses richesses archéologiques, menacées de dispersion depuis la chute du communisme. Les musées du pays, encore en cours de restructuration peinent à assumer leur vocation, et le pays manque d’un laboratoire central de restauration moderne. Entretien avec l’archéologue Frederik Stamati, du Laboratoire de Conservation de Tirana.

Plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis la première restauration d’un objet archéologique en Albanie. Depuis, les conditions de travail ont évolué. Frederik Stamati, directeur du Laboratoire de Conservation et de l’Archéométrie pointe les énormes besoins de cette institution. Il a lancé l’idée de la création d’un laboratoire central de restauration au fonctionnement et au financement autonome. Gazeta Shqiptare (GSH) : En quelle année a été créé le laboratoire de restauration en Albanie, et qui s’est occupé en premier de réunir et de restaurer les objets antiques ? Frederik Stamati (FS) :Les véritables restaurations ont commencé en 1957 avec les expéditions (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous