Panorama

Albanie : la stratégie d’opposition d’Edi Rama dans l’impasse ?

| |

Après les débordements violents lors des manifestations de l’opposition, Edi Rama se trouve dans une position très inconfortable. Son appel à des législatives anticipées a été douché par les États-Unis et l’UE a condamné son appel au boycott des élections locales du 8 mai, que les maires de son parti refusaient également. Sa stratégie de rupture a-t-elle fait long feu ? Le point de vue de l’éditorialiste de Panorama, Andi Bejtja.

Par Andi Bejtja Après la violente manifestation du 21 janvier, la politique du dirigeant socialiste Edi Rama est clairement au point mort. Difficile de savoir à quoi correspond exactement le combat de l’opposition albanaise. L’ouverture, si petite fût-elle, s’est nettement refermée après ce 21 janvier. Avant ces manifestations sanglantes, Edi Rama aurait pu réunir l’opposition, ne serait-ce qu’en théorie, autour du projet d’éventuelles élections anticipées. Elles ne sont désormais absolument plus à l’ordre du jour. Le Département d’État américain a été intransigeant sur la question. Cela a coupé court l’idée de boycott, sur laquelle comptait Edi (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous