Shekulli

Albanie : la loi sur les « dossiers » de l’ère communiste crée un nouveau scandale politique

| |

La loi sur « la probité des fonctionnaires » dite « loi des dossiers », a été adoptée par 74 voix contre deux, mais l’opposition de gauche a boycotté la séance. Malgré les critiques des milieux judiciaires et des diplomates étrangers, le Premier ministre Sali Berisha justifie la loi, en rappelant l’extrême rigueur de la dictature communiste albanaise. Les juges dénoncent notamment la création d’une institution de contrôle de la probité. Selon le Parti socialiste, cette loi servirait aussi à masquer certains scandales politico-financiers très actuels.

Par Nevila Perndoj et Flamur Vezaj Sali Berisha a décidé de passer en force son projet de loi, malgré l’inquiétude de plusieurs diplomates étrangers et du Parti socialiste. Selon les Socialistes, le projet de loi sur la « probité des fonctionnaires » enfreint pas moins de 20 articles de la Constitution. Sali Berisha, quant à lui, continue d’affirmer que ce projet est tout à fait constitutionnel, précisant que « notre loi est largement plus clémente que la loi polonaise ». Pourtant, le Premier ministre rappelle la rigueur du régime communiste albanais. « Quand les Polonais pouvaient voyager librement vers les Etats-Unis ou accueillaient (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous