Bilten

Albanie : la faillite au bout de 25 ans de politiques néo-libérales

| |

Depuis 25 ans, tout est à vendre. Tous les gouvernements qui se sont succédé en Albanie ont appliqué les mêmes recettes néo-libérales. Résultat : un quart des Albanais se sont expatriés, et le chômage touche 40% des actifs. Jusqu’à présent, les privatisations permettaient de rentrer du cash pour payer les retraites, garantir des services publics minimaux et acheter la paix sociale. Sauf que maintenant, presque tout est vendu...

Par Arlind Qori Le processus de privatisation en Albanie a commencé dès les derniers jours du régime communiste, qui a tenté en 1991, au nom de la libéralisation, de créer une sorte de système économique hybride dans lequel les entreprises publiques et privées étaient censées coexister dans un environnement compétitif. Ironiquement, cette tentative a été mise à mal par la résistance « anti-communiste » de la classe ouvrière, alors menée par le tout nouveau Parti démocratique (PD), situé à droite de l’échiquier politique. Leur « rêve utopique » était que, suite à des élections pluripartites, les ouvriers deviennent copropriétaires des entreprises, et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous