BIRN

Albanie : la crise politique, un mauvais point pour l’adhésion à l’UE

| |

Le Premier ministre albanais Sali Berisha a officiellement déposé, mardi 28 avril 2009, la candidature de son pays à l’Union Européenne. Une étape incontournable pour l’Albanie qui devra non seulement encore renforcer la lutte contre la corruption et le crime organisé avant de pouvoir prétendre sérieusement à entrer dans l’UE, mais surtout faire en sorte que ses institutions étatiques fonctionnent démocratiquement. Or, ce second point risque de poser un sérieux problème lors de l’examen de pré-adhésion à l’UE.

Le Premier ministre Sali Berisha vient de donner à Bruxelles un exemplaire du questionnaire de pré-adhésion à l’UE dûment rempli, mais l’impasse politique dans laquelle le pays est plongé depuis des mois lui a valu de sévères critiques du Commissaire à l’élargissement. Les critiques de Stefan Füle « J’ai profité de cette occasion pour redire combien nous étions inquiets du manque de progrès dans la normalisation de la situation en Albanie. Le travail du Parlement ne répond pas aux normes européennes et au fonctionnement des institutions démocratiques », a déclaré Stefan Füle, Commissaire à l’élargissement de l’UE. Le Gouvernement de droite, dirigé par (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous