Osservatorio sui Balcani

Albanie : gouvernement Berisha, un an d’erreurs

| |

Selon le directeur de l’organisation non gouvernementale Mjaft (« Assez »), l’Albanie commence à payer cher un an de gouvernement du Premier ministre Sali Berisha : attaques contre les médias et les institutions indépendantes, croissance économique en panne. Après le flop de l’opération « L’Albanie à un euro », le gouvernement Berisha doit gérer les conséquences de l’« Albatrosgate », un scandale impliquant le Président de la République, qui se retourne contre le Premier ministre.

Par Erion Veliaj [1] Après quelque huit années passées dans l’opposition, un coup d’Etat manqué et une centaine de milliers de dollars accordés à des conseillers américains, Sali Berisha a réussi son retour comme Premier ministre d’Albanie en juillet 2005. À cette époque, l’économie albanaise jouissait d’une croissance qui durait depuis cinq années, tandis que les institutions indépendantes se renforçaient. Après un an de gouvernement, l’économie est en panne, et les organes indépendants ont subi des coups les uns après les autres. En recourant comme toujours à une politique personnalisée, Sali Berisha a commencé par attaquer le maire de Tirana, Edi Rama, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous