Shekulli

Albanie : État de droit, caméra cachée et video games

| |

Le vice-Premier ministre Ilir Meta a démissionné vendredi 14 janvier après la diffusion sur la télévision Top Channel d’une vidéo le montrant en train de négocier des commissions illégales. Ce document a été filmé par l’ancien ministre de l’Économie Dritan Prifti, lui-même limogé en septembre dernier. Le gouvernement Berisha est directement menacé, mais la démocratie peut-elle reposer sur des écoutes secrètes et des enregistrements en caméra cachée ?

Par Ardian Vehbiu Une caméra cachée, deux protagonistes, tous deux ministres : Ilir Meta et Dritan Prifti. La qualité est plus que médiocre, des sous-titres sont nécessaires pour qu’on comprenne ce qui se dit. L’échange, compromettant, implique de hauts fonctionnaires de l’administration Berisha. Le grand public n’est pas à même de juger de l’authenticité de ce document, qui nécessite l’expertise d’un spécialiste. S’il est authentifié par les organes idoines, un tribunal par exemple, ce document devrait toutefois signer la chute du gouvernement et de l’actuelle coalition entre le Parti démocratique (PD) et le Mouvement socialiste pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous