Panorama / Koha Jone

Albanie : des tombes murales pour libérer les cimetières de Tirana

| | |

La ville de Tirana enregistre environ 4000 décès par an. Or, une tombe nécessite 5m² de terrain, soit 20.000m² chaque année, et l’espace disponible des cimetières arrive à saturation. La mairie de Tirana a trouvé une parade : des tombes murales.

Par Luljeta Ndoka Edmond Panariti, le maire adjoint de Tirana, a précisé que le secteur funéraire avait besoin d’être transformé pour adopter un système mis en place dans plusieurs pays de l’Union européenne. « C’est une question de principe aussi. Nous ne pouvons transformer la ville et l’environnement en cimetière », a-t-il dit, soulignant que rien ne serait imposé et qu’il s’agissait pour l’heure de réfléchir à une solution qui emporterait le consensus. La mairie de Tirana organisera des séminaires et rencontres consultatives avec la population et les représentants des cultes de la capitale. Le maire adjoint a insisté sur la nécessité d’un soutien (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous