Shekulli

Albanie : après le drame de Gërdec, émotion citoyenne et récupération politique ?

| |

Des milliers de citoyens sont descendus dans les rues de Tirana samedi 22 mars, pour une marche silencieuse en l’honneur des victimes de l’explosion de Gërdec. L’occasion pour Edi Rama, le chef de l’opposition socialiste, de dénoncer l’incurie des autorités et de réclamer la démission du Premier ministre Berisha.

Par Fejzi Braushi La mort fait souffrir ! Et les Albanais s’y connaissent en souffrance, qui est décuplée quand la mort vient de la main d’un homme. Convaincus que la tragédie du samedi 15 mars 2008 est le résultat de l’incurie du gouvernement, des milliers de citoyens, toutes couleurs politiques confondues, se sont réunis sur le boulevard des Martyrs de la Nation, dans le centre de Tirana, afin d’exprimer leur douleur pour les vies perdues, mais aussi pour protester contre l’absence de sécurité de la vie des Albanais dans le pays entier. Marche silencieuse Des milliers de citoyens, politiquement engagés ou non, ont répondu à l’appel à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous